[Test] Chorus – de l’espace et du mystique !

Les shooters en 3D sont rares très rares et de mémoire le dernier fait est l’excellent Star Wars Squadrons sorti sur PSVR et qui exploitait parfaitement les capacités du casque avec un rendu assez remarquable par rapport à ce qui se fait habituellement sur le support. Il faut dire que le genre est assez casse gueule et il faut savoir doser la maniabilité la difficulté et sur le gameplay pour ne pas avoir un jeu ennuyeux ou répétitif. Deep Silver se lance dans la danse avec Chorus, un shooter spatial sur fond de mystique. Le jeu m’a attiré par ses visuels de toute beauté et j’avais hâte de pouvoir m’y essayer. L’heure est enfin venue de savoir ce que vaut Chorus avec un test dans les étoiles !

Le lien entre l’homme et la machine

Chorus ne nous propose pas un speech bidon qui consiste à sauver l’univers à la sauce Star Wars, il se démarque par son univers construit de toutes pièces et travaillé en détails. On incarne Nara, une Ancienne qui appartient au Cercle. Le Cercle propage sa doctrine à travers le monde et Nara fait partie des chasseurs d’attaque. Tout se passe bien jusqu’au jour où le Grand Prophète lui demande de détruire une planète qui refuse de se soumettre à la doxa du Cercle. Nara s’exécute et le regrette amèrement. Elle décide donc de déserter et rejoint, un peu par défaut au départ, la résistance. Passé quelques missions qui nous permette d’apprendre les commandes de bases et de faire connaissance avec différents PNJ, on part retrouver Forsaken ou Forsa notre vaisseau avec lequel Nara est liée par la conscience. Car les vaisseaux du cercle sont doués de conscience ! Tout au long de notre aventure une relation forte se renoue (oui car les deux se connaissent avant que nous arrivions) et donne des dialogues qui donnent une profondeur à ces deux personnages principaux.

Vers l’infini et au delà !
Les dialogues sont intéressants (au passage le décor est magnifique !!)
L’histoire passe par la collecte de souvenirs

Mais ce n’est pas la seule particularité de l’univers de Chorus. Le Cercle va nous retrouver en combattant la résistance et Nara va donc devoir retrouver ses pouvoirs afin de mettre un terme à la secte tout en tentant d’éviter la réalisation de ses prémonitions à savoir l’univers submergé par de l’énergie corrompue. Surtout que Chorus ne se contente pas d’une simple histoire principale, le jeu propose pas mal de quêtes secondaires qui permettent de faire la connaissance de nouvelles personnes qui donnent une vision différente de la situation ou d’approfondir le background de PNJ récurrents. En tout cas c’est un sans faute, l’ensemble est parfaitement cohérent et ne verse jamais dans le patos malgré la situation personnelle de l’héroïne et la situation générale de l’univers… Je ne vais rien spoiler mais le scénario monte crescendo et finit en apotéose ! Vous l’aurez compris, j’ai parfaitement adhérent au lore de Chorus et j’en aurai même demandé un peu plus mais ça c’est de la gourmandise…

On va éviter ça
Là ça craint !

C’est beau l’espace !

Niveau technique, Chorus est tout simplement bluffant ! On n’est pas sur un AAA mais c’est tout comme. Régulièrement le jeu m’a fait tomber la bouche pour des plans. Graphiquement Chorus est magnifique par les environnements qu’il propose même si l’adage beau de loin mais loin d’être beau pourrait trouver à s’appliquer. Si les paysages que l’on traverse sont tout simplement magnifiques, ils manquent parfois d’éléments et les éléments présents ne proposent pas forcément de belles textures lorsque l’on s’en approche. Je vous rassure rien de bien méchant et ça ne saute pas forcément aux yeux vu que l’on est régulièrement à très haute vitesse en train de chasser ou d’éviter d’être chasser !

C’est magnifique
Vraiment impressionnant !

Le jeu est vraiment très propre y compris durant les phases de combats où il faut être aux aguets. Je vais faire un petit reproche pour le manque de lisibilité. C’est bien beau de proposer des environnements majestueux et gigantesques mais il faudrait que les vaisseaux ennemis soient plus visibles ou du moins n’est pas la même apparence et taille qu’une étoile du décor ! Régulièrement j’ai pesté en cherchant désespérément un ennemi dans le décor, on a bien notre rite du sixième sens qui permet de détecter les ennemis et de les affubler d’une icone mais celle-ci disparaît lorsque que l’ennemi est dans notre champ de vision.

Vous la voyez la trainée rouge c’est un ennemi !
Moi je vois personne !

L’aspect son n’est pas en reste avec un bon doublage des personnages principaux, Nara et Forsaken, de très bonne facture. C’est également le cas pour les autres PNJ mais l’effet radio masque le résultat final. En tout cas les émotions sont bien retranscrites et ça participe à nous immerger un peu plus dans le jeu. Les musiques savent se montrer discrètes y compris lors des combats durant lesquels Forsa intervient un peu trop à mon goût en commentant les actions par les mêmes répliques toutes les 30 secondes. Cela peut devenir vite énervant surtout lorsque le combat s’éternise ou se montre tendu.

Une course poursuite assez chiante !

106 mots

Un super vaisseau et des pouvoirs !

Forsaken n’est pas non plus un simple shooter. En plus de l’armement de notre vaisseau, on peut compter sur les compétences spéciales de Nara qui est une ancienne du Cercle et qui a donc le privilège d’utiliser des pouvoirs mystiques que l’on appelle rite dans Chorus et qu’il ne faut surtout pas négliger car ils permettent de prendre l’ascendant sur nos adversaires dans de très nombreuses situations. J’ai déjà évoque le 6ème sens mais il y a également le rite de la chasse qui permet de se téléporter derrière un ennemi, le rite de la tempête qui dissipe l’énergie corrompue ou encore celui permet de se téléporter dans une zone safe lorsque le vaisseau se trouve dans un état critique. On peut upgrader ces rites en les utilisant au maximum et remplir des défis à l’instar de ce qui se fait dans les J-RPG.

Se téléporter n’est pas de refus !

Notre vaisseau est également une bête de performance avec des boucliers, une mitrailleuse pour les dégâts, un laser pour détruire les boucliers ennemis et un lance missile pour s’attaquer au blindage. Il faut alterner entre nos différentes armes pour venir à bout des ennemis et mieux vaut n pas se tromper tant le jeu peut se montrer exigeant. Comme pour les pouvoirs, on peut améliorer nos armes et boucliers en dépensant des crédits glanés au cours des missions dans les différents hangars du jeu qui font office de boutique. En plus de cela on peut installer des modules d’équipements qui permettent de donner un buff pour nos armes ou mécanismes de défense. Encore une fois le contenu est conséquent et il a de quoi faire pas mal de test pour trouver la combinaison qui nous convient.

Bon Chorus repose essentiellement sur les combats et il peut donc se révéler répétitif. Surtout que le jeu n’est pas forcément facile y compris dans le niveau de difficulté le plus bas. Les ennemis se montrent très résistants et véloces, ma précision en a pris un coup particulièrement avec l’usage du laser pourtant primordial contre les boucliers. Certains passages se montrent assez corsés avec une limite de temps qui ne laisse que peu de marge à l’erreur et je dois dire que les vaisseaux qui protègent les chasseurs ennemis sont de véritables plaies ! Entre les combats on est relativement libre puisque Chorus se compose de plusieurs vastes zones que l’on peut explorer librement à la recherche de crédits, de souvenirs ou encore de quêtes annexes très rémunératrices et donc utiles pour améliorer notre vaisseau ! Dommage que la map ne soit pas très lisible ou que les lieux d’intérêts ne soient pas indiqués avec plus de précision ! Chorus propose au final un bon contenu puisqu’il m’a fallu un peu plus de 20 heures pour voir la fin ce qui est plus qu’honorable pour un jeu AA avec un prix réduit !

Clin d’œil à Starwing
PAs très lisible tout ça

Conclusion

Pour un jeu AA, Chorus est très surprenant et peut même lorgner du côté de la catégorie des AAA ! Le jeu est juste magnifique et propose un contenu intéressant et conséquent. Généralement ce type de jeu est proposé à un tarif bien supérieur. Vraiment c’est la bonne surprise de cette fin d’année ! J’ai été totalement pris par l’univers proposé et le gameplay est vraiment bon avec une maniabilité précise comme on le souhaite pour une jeu du genre. Je regrette juste le manque de lisibilité sur certains combats et la difficulté de certains passages qui a réussi à me faire criser ! Après je ne peux que vous recommander de vous y essayer vous ne pourrez pas être déçu vu le prix proposé !

Pour
  • Une réalisation digne des AAA
  • Une durée de vie conséquente
  • Un univers riche avec un scénario recherché
  • Le côté RPG
  • Une maniabilité au poil
Contre
  • Un manque de lisibilité en combat
  • Des combats qui tire sur la longueur
  • La difficulté relevée sur certains passages

Vous aimerez aussi...

On est en Stream! viens dire coucou !
""