Test F1 22, une évolution ou une révolution ?

J’ai l’impression de me répéter pour les jeux qui sortent chaque année sous la forme d’un nouveau millesime qui apporte son lot d’améliorations graphiques ou de gameplay. La licence F1 revient pour un deuxième opus sous pavillon EA. Cette fois elle devient F1 22 au lieu de F1 2022, pourquoi faire compliqué lorsque l’on peut faire simple… On retrouve toujours Codemasters au développement et après un épisode 2021 qui m’avait totalement conquis par son mode carrière « Braking Point » qui faisait écho à la série documentaire de Netflix : Drive to survive et cross gen, je suis impatient de voir cette nouvelle mouture toujours cross gen mais qui devrait se tourner un peu plus vers la dernière génération de consoles. Bref après avoir chaussé des pneus 18′ pouces et être devenu champion du monde 2022 sans aucune contestation possible je peux te retranscrire mes sensations de ce nouvel opus !

Une véritable cure d’austérité !

Comme d’habitude, je ne vais pas te mentir et être direct. Comme j’avais été conquis par le mode carrière, j’ai tout de suite lancé ledit mode une fois la scène d’intro et les temps de chargement passés (j’ai fait le jeu sur Séries X). Petit hésitation entre le mode pilote et le mode pilote et écurie et puis je me dis qu’il est temps de grandir (oui je suis très en confiance) et je me lance dans la création d’écurie et de pilote. Premier constat, les options de personnalisation sont chiches ! Je me rassure en me disant que je ne suis pas là pour ça donc j’enchaine très vite les éléments de personnalisation et c’est parti ! Je vis alors un drame : où est la scénarisation ? Comme je suis en mode écurie, je me dis que la scénarisation est présente pour le mode pilote uniquement sauf que non, rien, que dalle, nada ! C’était le mode qui avait conquis beaucoup de joueurs et qui faisaient passer le jeu, au même titre que le sport, dans une autre dimension et il n’est pas repris : « what the fuck » !

un bon boloss comme on les aime
J’ai fait ce que j’ai pu…

A la place du mode « Braking Point » les développeurs ont inclus un mode F1 Life. Je te donne une métaphore : c’est comme mettre un pansement sur une jambe de bois… Dans ce mode purement esthétique, j’ai pu me faire ma « home sweet home« . Pas mal sur le papier mais manette en main, je m’aperçois vite que le mode a été fait à la va vite et qu’il ne comporte que trop peu d’éléments ! Tu peux personnaliser ton salon via le mobilier et les murs, afficher les trophées gagnés dans une galerie et remplir notre show room des supers cars débloquées… Le problème est qu’à chaque fois il y a peu d’éléments. Pour les super cars, après 5 heures de jeu, elles sont toutes débloquées… Et puis j’ai du mal c’est le jeu officiel F1 22 pas un Gran Turismo et donc j’ai du mal à donner une place à ces super cars exceptées les safety. A exposer des voitures, j’aurai préféré montrer des livrées spéciales de F1 !

ça manque de vie…

D’une manière générale, je m’interroge sur la présence et l’utilité de ces supers cars que l’on peut conduire via les défis de tour Pirelli. Il ne s’agit pas de mater les calendriers de la marque (les plus vieux comprendront la référence) mais de réaliser des défis de conduite via les supers cars sur des circuits officiels : duel, vitesse moyenne à maintenir, drift, passage de portes… J’ai trouvé ces épreuves (qui sont présentes dans le mode carrière et qui permettent de gagner du pognon. On a quelques ajouts mais aucun ne me fera passer la pilule de la disparition du mode scénarisé. C’est ce qui me fait dire que F1 22 subi une véritable cure d’austérité (décidemment, il n’y a pas qu’en politique que ce terme est à la mode !).

Les circuits Pirelli sont anecdotiques

J’en reviens à ma partie en écurie, l’absence totale de scénarisation fait du mal à l’immersion. On enchaîne les courses sans pour autant avoir des « sensations » excepté au niveau de la conduite. Même le choix de mon rival a fait plouf, ça se passe via une simple question du service marketing… Les interviews sont rares et uniquement « sur papier » : exit les animations et autres cut-scenes ! Alors je râle sur le manque de scénario du mode carrière ce qui peut te paraître réducteur mais sur F1 22, je suis principalement un joueur solo car je suis lucide sur mon niveau ! Codemasters a mis du bon contenu avec la course hebdomadaire, la pole position du jour, les parties classées, il y a de quoi faire. Il est possible de jouer avec plus ou moins d’aide mais j’ai eu l’impression qu’un système de bonus malus et appliqué et je dois reconnaître que c’est normal.

Même la rivalité tombe à plat
Par contre pour prendre du pognon il y a du monde

La F1 pour tous !

Evoquer les aides à la conduite m’amène à te causer de la maniabilité du jeu et des sensations de conduite. Je le précise direct, je ne suis pas un fin connaisseur du sport F1, je suis le genre de gars qui se met le GP le dimanche histoire de piquer une sieste… Non j’exagère, j’ai plaisir à regarder les courses à écouter les consultants parler des stratégies mises en place mais ça s’arrête là. Je ne vais pas donc être capable de dire si les bolides virent ou pantinent plus que dans la réalité ! A mon niveau, j’ai trouvé les sensations de vitesse de F1 22 plutôt bonnes avec un bolide qui répond bien peut être même trop bien. J’ai trouvé la voiture un poil lourde par rapport aux précédents opus ou en tout cas plus stable. J’ai conscience du fait que je n’ai pas enlevé toutes les aides à la conduite mais à niveau égal par rapport à 2021 j’ai trouvé les F1 plus maniables.

L’immersion est totale !

C’est une des forces de la licence, les aides à la conduite et elles font le café ! Tout est fait pour permettre à tout le monde de s’essayer au jeu et de progresser à son rythme : de la simple ligne directrice jusqu’à la gestion du freinage et de l’accélération (!? oui ne me demandez pas l’utilité de jouer si on ne fait plus rien…). On retrouve « également le flashback qui permet de récupérer un virage mal engagé. Malgré les aides, les circuits techniques restent techniques et on ressent un pic de difficulté. Autant j’enchaînais plutôt bien les bons résultats autant sur le circuit de Monaco je me suis cassé les dents ! Comme quoi les développeurs ont réussi à maintenir une dose de challenge malgré les aides.

f1 22
Monaco son tunnel…
f1 22
… et ses chicanes !

Le gros plus de F1 22, c’est l’IA adaptative qui est vraiment bien fichue ! En gros les adversaires s’adaptent à ton niveau en fonction de tes performances. Le résultat est facilement constatable puisqu’il suffit de faire deux pôles et deux victoires pour voir un Verstappen ou un Leclerc en feu qui ne nous lâchent pas d’une semelle ! ça évite de s’endormir sur ses acquis et de se laisser entraîner par le « ronron » des courses qui s’enchaînent. Parce que malgré cette IA adaptative, j’ai trouvé le déroulement des couses monotone. Quand je regarde les GP, il se passe toujours un truc alors que dans F1 22 c’est le clame plat ! Je n’ai pas eu un seul accident aussi minime qu’il soit (je ne demande pas l’énorme carambolage non plus) et finalement il n’y a eu que très peu d’incidents et aucun n’a véritablement perturbé la course : nos adversaires sont sages comme des images !

f1 22
f1 22
f1 22

Pas de claque graphique…

Une petite bafouille sur la réalisation graphique du jeu. Moi qui m’attendais aux petits plats dans les grands pour ce F1 22 j’ai été un peu douché. Le jeu est très propre, les véhicules sont parfaitement modélisés et les circuits sont refaits à l’identique de la réalité, c’est d’ailleurs bluffant de faire un GP et de le voir le lendemain à la TV. Codemasters a parfaitement refait les circuits à l’identique, c’est impressionnant. En revanche la réalisation en dehors des circuits est un peu limite. Les cut scenes ont disparu et j’ai envi de dire heureusement ! Les pilotes sont bien modélisés et on les reconnaît parfaitement mais on dirait des zombies, les animations font vraiment cheap ! Que dire des rares interviews animés qui font peine avec des personnages sans aucune expression que ce soit nous ou le journalistes et un léger décalage labial… Le jeu ne transpire pas la vie et ce manque se ressent dans notre hub F1 Life. Il n’y a pas de lien entre chaque zone qui sont représentées via des écrans fixes. Même les PNJ qui parcourent notre hub manquent de vie.

f1 22
f1 22
f1 22

f1 22
certains passages sont moyens

Conclusion

F1 22 est bien mais je m’attendais à mieux, c’est une conclusion on ne peut plus simple et courte et je ne ferai pas mieux. Dans le détail, je suis déçu par l’absence de mode solo scénarisé et l’ajout de F1 Life est purement esthétique et n’apporte rien en terme de gameplay. J’ai l’impression d’un ajout à l’arrache et qui justifie l’apparition d’une boutique de cosmétiques… L’esprit de EA est là… Pour le reste on retrouve tout le contenu officiel de la nouvelle saison et c’est une différence de taille puisque les F1 ont sacrément évolué cette année et peuvent paraître méconnaissable. La grande force du jeu reste son accessibilité qui permet vraiment à tout le monde de s’amuser quelque soit son niveau et même de jouer ensemble ! Les autres ajouts et notamment les supers cars sont pour moi incongrus et je ne demande qu’à les voir disparaître dans l’édition 2023 au profit d’un mode histoire !

Pour
  • Les aides paramétrables
  • L’IA adaptative
  • Le contenu officiel
  • L’accessibilité générale
Contre
  • La disparition de Braking Point
  • Le mode F1 Life
  • Manque de contenu « annexe »

Vous aimerez aussi...

On est en Stream! viens dire coucou !
""