Carrion , le jeu dont vous n’êtes pas le héros

Squikkkk, slap slap slap slap, grunch, skrriiiiitt, *aaaaahhhh* , chomp , *euuurrrrgh* , squiiiiiiik, slurp slurp slurp, frucht frucht , …. slirp …. slirp … slirp … slirp … , CHOMP CHOMP CHOMP, *aaahhh* *HIIIIIII* *OH GOD SAV…AHH !* *Noooooo! go away!* … chomp.
The End.

Quelle bonne idée! Dans Carrion, fini le héros qui sauve la veuve et l’orphelin! Vous allez jouer le méchant, une expérience de laboratoire qui s’échappe et se venge de tous ces scientifiques qui lui en ont fait baver, littéralement.

Je m’en sortirai coûte que coûte !

FREEDOM !!!

Aller hop, on s’échappe de cette prison de verre et commence notre vengeance ! Un petit tutoriel se met en place pour les bases du jeu, se déplacer, attraper les objets, gérer sa biomasse ou sa barre de vie. On commence à maîtriser le massacre d’humains en les attrapant et en les secouant dans tous les sens! Tellement fort que leurs troncs se détachent de leurs jambes, gerbe de sang incluse. Le tout accompagné d’un magnifique cri d’agonie qui nous permet d’apprécier avec délectation la mort de nos précédents tortionnaires Mouahahahahah … hum pardon … on va éviter de trop rentrer dans le rôle.

Le guide du routard monstrueux

Qui dit évasion, dit trouver son chemin. Dans Carrion on trouve un très bon équilibre entre les écrans. Sur certains il faut trouver le bon chemin en se servant des mécaniques telles que les tuyaux à sens unique, les passages dans l’eau ou les éléments destructibles. D’autres relèvent plus de la réflexion et la résolution d’énigmes avec différents types d’interrupteurs et des enchaînements de capacités. Un autre type d’écran que l’on trouve et qui est tout autant jouissif qu’ardu, ce sont les combats. Il y a deux façons d’aborder les combats. Vous pouvez vous la jouer à la Alien (premier du nom), arriver derrière l’ennemi et les embarquer un par un. Cependant si vous êtes plutôt du genre T-rex dans Jurassic Park c’est tout à fait possible aussi mais il faudra bien maîtriser vos trajectoires et être doué de gâchette.

Au fait, pas de carte dans Carrion ! Il va falloir vous aider de votre mémoire si vous voulez retrouver le chemin vers le départ même si ce n’est pas trop compliqué. Quant à la musique, elle met dans l’ambiance mais c’est tout vous n’y trouverez pas d’aide.

L’évolution, méthode accélérée

Pour pouvoir trouver la sortie il va falloir évoluer ! Afin de pouvoir déboucher le passage ou apprendre à manipuler les humains pour nous ouvrir la voie il va falloir améliorer son code génétique. Ce qui tombe bien, puisqu’on se trouve au beau milieu d’un centre de recherche. Notre créature pourra donc faire bien plus que se déplacer et agripper à l’aide de ses tentacules. On a déjà parlé de manipulation et d’invisibilité mais on pourra faire bien plus que cela. Pour l’exemple, dans notre arsenal on retrouvera la possibilité de lancer un harpon pour enclencher des leviers, se jeter de toutes ses forces pour forcer le passage ou provoquer les ennemis.

Toutes les bonnes choses ont une fin

Dans l’ensemble Carrion est un bon jeu assez nerveux par les déplacements rapides et les écrans qui s’enchaînent très vite. Un vrai plaisir à aider cette créature vous envahit (ou c’est peut-être juste le massacre qui vient avec …). Par contre il se termine assez rapidement, environ 4h30 pour moi. Il me reste encore quelques secrets à découvrir, comme des endroits facultatifs permettant d’améliorer sa résistance au feu.
Pour finir je dirais que Carrion est fait pour vous si vous aimez vous faire des petites sessions de jeu. Encore plus si vous voulez profiter d’une expérience vraiment différente par rapport aux scénarios et gameplays habituels.

Petit massacre jouissif ^^
Points positifs
  • Gameplay original
  • Maniabilité allié a rapidité
  • le coté évolution très fun
Points négatifs
  • Court
  • Ambiance sonore pas exceptionnelle
  • Pas de carte donc bonne mémoire requise

Vous aimerez aussi...

On est en Stream! viens dire coucou !
""