Maid of Sker – A bon entendeur l’horreur !

Gare de Sker Island ! Terminus ! Tout le monde descend! Vous trouverez un magnifique hôtel au bout de la route route où on ne tentera absolument pas de vous tuer. On ne vous battra pas à mort ni ne tentera de vous immoler, pas du tout.

Voici le petit nouveau de Wales Interactives Games (The complex, The bunker …. etc. ) qui va nous plonger dans un jeu d’horreur basé sur une légende du folklore gallois. L’histoire s’inspire de faits réels car vous incarnez l’amant d’Elisabeth Williams. Inquiète pour sa sécurité car sa famille l’a enfermée et veut la forcer à participer à des rituels familiaux, elle vous a envoyé une lettre pour vous demander de l’aide. C’est ainsi que commence votre aventure, à la gare de Sker island où vous vous apprêtez à rejoindre votre bien-aimée.

J’arrive mon amour !

À la rescousse de la princesse

Nous voici donc arrivé à bon port, allons rechercher notre bien-aimée. On sort donc du train tout en prenant en main les commandes et en appréciant de jolis graphismes. Puis on s’enfonce sur le chemin et déjà une certaine ambiance se met en place. Le chemin n’est pas entretenu. La porte, pas spécialement, en bon état et l’hôtel en lui-même ne sont pas dans un excellent état. ça ne promet déjà pas un bon moment de repos et tranquillité.

Bon déjà il n’y a pas de réceptionniste et personne pour les bagages donc il ne faudra pas espérer plus de 3 étoiles sur l’évaluation. Plus sérieusement on arrive dans un hôtel désert mais notre chère et tendre doit le savoir car le téléphone sonne… Elle nous apprend qu’elle s’est enfermée dans le grenier car tout le monde se comporte étrangement. Elle explique même que son oncle et son père ont voulu la forcer à chanter une mystérieuse chanson. Afin de calmer tout ce beau monde elle nous demande de retrouver 4 cylindres de cuivre d’une chanson caché dans l’hôtel avant de la rejoindre.

À la recherche de l’ancêtre de Spotify (ou Deezer, pas de jaloux !)

On se retrouve donc embarqué dans une histoire familiale avec des chansons qui rendrait fou les gens… *Baby shark lalalala, Baby shark lalalala … hum désolé. Après avoir croisé tout un paquet de porte verrouillée on trouvera un chemin vers l’une des ailes de l’hôtel. Même si les couloirs sont pleins de portes on s’y retrouve facilement car la plupart ne pourront être ouvertes sans la bonne clé ou uniquement après être passé de l’autre côté. Du coup on a moins l’impression d’être sur un itinéraire tout tracé, même si c’est finalement le cas.

Pour nous y retrouver, on aura droit à une carte qui se complète par l’exploration ou en trouvant des morceaux de plans. Sur celle-ci on retrouvera des informations importantes telles que les endroits d’intérêts. Les phonographes permettant de sauvegarder y seront indiqués. Car, oui, les sauvegardes sont manuelles, comme au bon vieux temps. Les portes nécessitant des clefs spéciales seront faciles à retrouver également grâce à cette carte. Toute cette recherche va nous faire découvrir les différents lieux composant l’hôtel. Le bâtiment en lui-même, le jardin, les sous-sols… tout pour nous emmener dans des endroits bien glauques qui nous ferons comprendre que nous ne sommes pas vraiment les bienvenus.

Un peu de réflexion pour la composition

Parmi le catalogue d’obstacles qui s’opposeront au sauvetage de votre dulcinée, on retrouvera les énigmes. La plupart sont très logiques, on a une porte avec des verrous électriques donc il faudra mettre le courant pour ouvrir les verrous. Pour certaines, il faudra reconstituer une mélodie donc une bonne ouïe peut être utile. On aura une gestion d’inventaire également mais ce dernier est très simple et dès qu’un objet est nécessaire l’inventaire s’ouvre. Les objets nécessaires sont toujours logiques donc pas besoin de se prendre la tête pour autant. L’obtention des clefs vous ouvrira de nouveau chemin vers les cylindres cuivrés ou tout simplement la suite de l’aventure. Comme dans tous les jeux de ce genre on a aussi des objets de collection, ici ça sera des poupées musicales qu’on entendra en s’en approchant.

Chut! ils vont nous entendre

Bon, jusque-là rien d’extraordinaire dans le genre horreur. D’ailleurs vous avez dit horreur ? mais où sont les méchants? les voici ! Les principaux ennemis sont les quiets men. Ce sont les personnes de la famille Williams et les gens de l’hôtel avec une cagoule sur la tête. Ils ne pourront vous percevoir que par le bruit donc il vous faudra être le plus discret possible. C’est cette mécanique qui donne une autre dimension au jeu car le son est spacialisé et vous permet de repérer les ennemis. Il faudra faire attention à votre vie car au plus vous serez blessé au plus vous ferez de bruit. Votre respiration est aussi prise en compte. Par exemple si vous passez dans un nuage de poussière il faudra retenir votre respiration pour ne pas éternuer. C’est aussi ici que le bât blessé, parfois l’IA ne vous remarquera pas alors que vous êtes juste à coter en train de reprendre votre respiration. D’autres fois ils vous repéreront à l’autre bout du couloir alors que vous êtes accroupi, immobile et en retenant votre respiration. Ce déséquilibre dans l’IA rend parfois le jeu très énervant.

Pour vous défendre contre les quiets men, on trouvera un genre de bombe sonique qui les perturbera temporairement, a utilisé en dernier recours car les munitions sont rares. Encore plus rare, ce sont les soins, ne soyez pas étonné si vous passez plus de la moitié du jeu avec une barre rouge autour de vous. Et comme ça ne suffisait pas, une pléthore de piège vous attend également!Pour vous défendre contre les quiet men, on trouvera une genre de bombe sonique qui les perturbera temporairement, a utilise en dernier recours car les munitions sont rares. Encore plus rare, ce sont les soins, ne soyez pas étonné si vous passez plus de la moitié du jeu avec une barre rouge autour de vous. Et comme ça ne suffisait pas, une pléthore de piège vous attends également!

Fun mais court et pas vraiment terrifiant

Maid of Sker reste pour moi un bon jeu car le scénario est très sympathique et l’histoire met vraiment le joueur au cœur d’une histoire dérangeante mais accessible à tous. Le fait d’avoir tout fait tourner autour de l’ambiance sonore et avoir bien spatialisé le son rend l’expérience très immersive. Les énigmes et objets permettent de facilement trouver des objectifs. Par contre les trajets assez longs et le fait de toujours devoir se faufiler ralenti tout cela et crée un rythme très en dents de scie. L’autre bémol reste la gestion de l’IA qui semble assez aléatoire. Dans l’ensemble Maid of Sker a tout pour faire un bon jeu d’horreur, mais malheureusement l’horreur n’est que peu présente et il reste court, je n’ai pas trouvé d’intérêt à faire un second tour.

Points positifs
  • Un scénario original
  • Des graphismes immersifs
  • Les sons spacialisés au cœur du gameplay
Points négatifs
  • Court
  • Quelques bugs, notamment pour l’IA
  • Pas toujours très bien lissé dans les mécanismes

Vous aimerez aussi...

On est en Stream! viens dire coucou !
""